Qu'est-ce qu'une SSII ?


précédentsommairesuivant

3. Les dérives de certaines SSII

Comme nous l'avons dit en section 1.1, lorsqu'une entreprise décide d'employer un informaticien, elle prend le risque de se retrouver, à terme, avec un employé dont il est bien difficile de se débarrasser. Aussi, pour règler ce problème, les entreprises peuvent avoir recours aux services d'une SSII. Cependant, tout excès entraîne l'excès inverse et certaines SSII utilisent des méthodes peu loyales pour minimiser les risques et générer un maximum de bénéfices sur le dos des ingénieurs qu'elles emploient.

Avertissement :

Cette section a pour objet de dénoncer les méthodes odieuses pratiquées par certaines SSII, cependant toutes les SSII ne se ressemblent pas et il y en a même qui oeuvrent pour le respect et le bien-être de leurs employés. Enfin ça, c'est ce qu'on m'a raconté...



Le but de cette section est donc multiple :

  • informer les gens de certaines pratiques courantes dans les SSII afin d'éviter de tomber dans certains pièges
  • permettre de reconnaître les SSII sérieuses des autres
  • si vous n'êtes pas content de la SSII qui vous emploie, vous montrer qu'il y a pire ailleurs... (et vous éviter ainsi de quitter la proie pour l'ombre)
  • si vous êtes recruteur dans une SSII, vous pouvez vous inspirer des méthodes utilisées par vos concurrents... (pas trop quand même !)



3.1. Les annonces bidons

Voici une pratique courante dans les SSII :

  1. émettre des annonces bidons en rapport avec le marché visé par la SSII
  2. attendre que des candidats crédules répondent à l'annonce
  3. convoquer ces mêmes candidats crédules pour leur poser plein de questions sur leurs anciens employeurs (domaine d'activité, technologies utilisées, nombre de consultants dans la boite, SSII concurrentes avec lesquelles la boite travaille, etc.)

Le but de la manoeuvre est triple :

  • extorquer un maximum d'informations à propos de clients potentiels
  • alimenter la base de CV de la SSII avec de nouveaux profils
  • faire parler d'elle, faire croire qu'il s'agit d'une SSII active, ayant de nombreux clients et émettant régulièrement des annonces, bref faire de la publicité gratuite et mensongère

Les SSII ayant recours à ce stratagème postent régulièrement les mêmes annonces, avec parfois exactement le même intitulé et le même contenu. Quand vous postulez pour l'emploi en question, on vous répond que votre profil est très intéressant mais que le poste a malheureusement déjà été pourvu. Quelques temps plus tard, la même annonce réapparait comme par magie. La personne embauchée à votre place était-elle incompétente ou tout simplement fictive ? Penchez pour la deuxième réponse, vous serez beaucoup plus proche de la réalité...

Aussi, le nom des employeurs figurant sur votre CV sont une mine d'information très importante pour les SSII. De plus, les candidats à l'embauche sont extrêmement bavards lors des entretiens, n'hésitant pas à donner un maximum de détails sur leurs anciens employeurs dans l'espoir de décrocher un emploi qui n'existe pas...



3.2. La prime d'espionnage

Dans la plupart des SSII, il existe des primes "pour rester à l'écoute des projets qui se préparent dans les entreprises clientes", afin que la SSII puisse placer des employés sur ces projets. De même, vous pouvez obtenir une prime si vous arriver à convaincre des ingénieurs compétents à venir rejoindre votre SSII.

Bref, il s'agit là de prime pour vous récompenser d'avoir fait le boulot du commercial à sa place...

Image non disponible
Un employé de SSII



3.3. "Chez nous, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil !"

Lors d'un entretien dans une SSII, le commercial-recruteur dresse souvent le portrait des SSII concurrentes, dénonce leurs méthodes odieuses avant de conclure avec: "mais chez nous, ça ne se passe pas du tout comme ça, notre SSII est différente, tout le monde y est heureux et on est tous content de se lever le matin pour aller au travail"... Bref, bienvenue dans le monde des Bisounours !

Je ne sais pas vous, mais personnellement je n'y crois pas trop... Par contre, pendant que monsieur le commercial-recruteur me fait part des pratiques peu loyales de ses concurrents, j'en prends secrètement note. On ne sait jamais, ça peut toujours servir si un jour je décide d'écrire un article sur les SSII... :-°

Image non disponible
Un autre employé de SSII



Autre détail amusant: quelle que soit la SSII, le recruteur-commercial n'hésitera pas à affirmer: "notre groupe est le leader sur le marché, on est les plus forts, les plus balèzes". Outre le fait qu'il ne peut y avoir qu'un seul numéro et qu'ils affirment tous être LE numéro 1, on sent une forte influence des dessins animés qui étaient diffusés dans les années 80-90, avec des super-héros tous plus forts les uns que les autres. Bref, il semble que les recruteurs-commerciaux des SSII ont tous grandi avec le Club Dorothée...



3.4. L'employé jetable

La technique de "l'employé jetable" est très simple: elle consiste à engager un ingénieur en CDI, le mettre sur un petit projet, et le virer avant la fin de sa période d'essai.

C'est crade, hein ?

Image non disponible
Encore un autre employé de SSII



3.5. "Un stagiaire, ça coute pas cher..."

Une SSII est avant tout une entreprise, et comme toutes les entreprises, il lui arrive de prendre des stagiaires pour travailler sur certains projets.

L'avantage du stagiaire, c'est que:

  • il ne coute pas cher (1/3 du SMIG, et pas de charges)
  • il est obligé de bien travailler, sinon il n'a pas une bonne note de stage et on ne lui valide pas son diplôme
  • on peut lui confier les tâches ingrates, répétitives et qu'il serait dommage de confier à un ingénieur à plein temps
  • son contrat est par définition limité dans le temps, donc pas besoin de le licencier
  • le stagiaire est content, ça lui fait de "l'expérience"... ahem...

Finalement, c'est encore mieux qu'un employé jetable (sauf que c'est généralement un peu moins qualifié...).

Si la situation des stagiaires vous intéresse, allez jeter un oeil sur www.generation-precaire.org.



3.6. Le candidat "faire-valoir"

La technique du "faire-valoir" est très simple: lorsqu'un poste est à pourvoir chez une entreprise cliente, la SSII présente deux profils assez similaires, l'un des deux profils étant légèrement plus expérimenté que l'autre. Cela permet à la SSII de négocier: l'entreprise cliente a le choix entre un candidat pas très cher mais moins qualifié ou un candidat plus qualifié qui sera bien sûr facturé plus cher.

Ici, le candidat moins qualifié sert uniquement de faire-valoir pour placer le candidat sur lequel la SSII va effectuer une plus grosse marge. C'est très valorisant, n'est-ce pas ? En plus, la SSII s'octroie ainsi deux fois plus de chances de décrocher le contrat.



3.7. "Tu prends tes congés quand on te le dit !"

Comme tout salarié, l'employé de SSII a droit a un certain nombre de jours de congés, en fonction du nombre d'heures travaillées dans l'année, des RTT, etc. Or quand un projet arrive à terme, que l'entreprise cliente n'a plus besoin de lui, soit la SSII met l'ingénieur sur une autre mission, soit l'ingénieur se retrouve en intercontrat.

Si la SSII n'a pas d'autre mission à confier à son salarié, elle peut l'inciter à prendre ses congés à ce moment là, plutôt que le salarié ne se retrouve en intercontrat. Dans ce cas, il faut se rappeller la chose suivante: les congés payés ne sont pas là pour excuser l'incompétence des commerciaux incapables de trouver une mission qui vous convienne. Sachant que les commerciaux sont généralement mieux payés que les ingénieurs (c'est même prouvé mathématiquement), qu'ils fassent leur travail !



3.8. La clause de mobilité

Dans quasiment tous les contrats passés avec une SSII, on retrouve une clause de mobilité. La zone concernée par la clause de mobilité peut être plus ou moins étendue et peut même être nationale. En clair, le jour où la SSII a envie de se débarrasser de quelqu'un sans lui verser d'indemnité, il lui suffit de trouver une mission éloignée de son domicile. Si le salarié refuse de déménager avec femme et enfants à l'autre bout du pays, la SSII peut invoquer la clause de mobilité pour se débarrasser de l'employé sans lui verser la moindre compensation.

Ca, c'est ce qui s'appelle être reconnaissant pour les services rendus à l'entreprise...




précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2006 L'équipe de rédaction. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.